Définition de la semaine : images libres de droits

images-libres-de-droits

Définition images libres de droits

Cette expression peut concerner aussi bien une image qu’un texte, une vidéo ou une musique qui une fois acquis, peuvent être utilisés sans payer de redevance à l’auteur.
Si le mot « libre » qui l’a compose laisse à penser que chacun a le droit de l’utiliser comme bon lui semble et sans contre partie, il n’en est rien. 

Bien au contraire, une image libres de droits correspond à une licence (ou autorisation) que l’on acquiert pour pouvoir l’utiliser sans limite de temps mais dans un cadre bien défini car elle ne vous appartient pas puisque vous n’en êtes pas l’auteur.

Les photos libres de droits peuvent être gratuites ou payantes.

Lorsque les images sont gratuites elle sont protégées grâce aux licences appelées Creatives Commons. C’est une sorte de convention à l’échelle mondiale qui a pour but de faciliter le partage tout en respectant et protégeants les droits des auteurs.

Il existe plusieurs licences Creatives Commons :

  • Creative Commons Zero : (CCO) : C’est la licence la moins restrictive ; on peut copier, modifier, distribuer et utiliser l’image à des fins personnelles ou commerciales sans avoir l’autorisation de l’auteur et sans le mentionner.
  • Creative Commons Attribution (CC BY) : Idem que Creative Commons Zero mais on doit signaler les modifications apportées et mentionner l’auteur de la photo ou insérer un lien vers le site ou l’auteur de l’image.
  • Creative Commons Share Alike (CC BY-SA) : On peut partager à l’identique, avec obligation de rediffuser selon la même licence ou une licence similaire.
  • Creative Commons Non Commercial  (CC BY NC) : Cette licence interdit d’utiliser l’image à des fins commerciales sans l’autorisation de l’auteur.

Lorsqu’elles sont payantes, avant de tomber dans le domaine public (dont le nombre d’années varie selon les pays et le type d’oeuvre), les conditions d’utilisation sont différentes selon les fournisseurs/auteurs, d’où l’intérêt de lire attentivement les conditions générales de ventes et d’utilisation dont le statut juridique n’est pas toujours clair.

 

 

Crédit photo Veer